ENDOMÉTRIOSE : Ce qu'il faut manger, ce qu'il faut éviter

L'endométriose touche une femme sur dix pendant ses années de procréation.

 

L'endométriose est un trouble dans lequel un tissu similaire à celui qui forme la paroi de l'utérus continue de se développer en dehors de la cavité utérine. Ce tissu est appelé endomètre et, dans le cas de l'endométriose, il continue à se développer sur les ovaires, la paroi du bassin et même les intestins. Lorsque le tissu endométrial se développe en dehors de l'utérus, on parle d'implant endométrial.

 

Ces implants endométriaux sont toujours affectés par les changements hormonaux du cycle menstruel, ce qui provoque l'inflammation et la douleur de ces zones. En raison de l'inflammation, le tissu des implants s'épaissit et se décompose. Une fois que le tissu s'est décomposé, il est piégé dans la région du bassin, ce qui peut entraîner divers problèmes, notamment des adhérences (qui lient les organes entre eux), des cicatrices et des irritations internes graves, des complications en matière de fertilité et de fortes douleurs menstruelles.

 

L'endométriose étant une maladie compliquée qui peut avoir un impact significatif sur la qualité de votre vie, il est important de savoir quels aliments peuvent potentiellement soulager les symptômes et quels aliments, à éviter, peuvent les aggraver :

 

Aliments à consommer :

Aliments fibreux en priorité.

Les aliments tels que les fruits, les légumes, les légumineuses et les céréales complètes sont des éléments essentiels du régime alimentaire d'une patiente atteinte d'endométriose. En effet, un régime riche en fibres peut réduire le taux d'œstrogènes (un taux élevé d'œstrogènes peut aggraver les symptômes de cette maladie). De plus, les fruits et légumes sont riches en antioxydants, ce qui peut aider à combattre l'inflammation, qui peut aggraver les douleurs de l'endométriose.

 

Aliments riches en fer

Les aliments riches en fer, comme les légumes à feuilles vertes, les brocolis, les haricots, les céréales enrichies, les noix et les graines, peuvent aider à prévenir une carence en fer, souvent associée à cette maladie. En fait, les femmes chez qui l'endométriose a été récemment diagnostiquée ont tendance à souffrir d'une carence en fer en raison des hémorragies internes et donc des pertes de sang dans la région abdominale et pelvienne. Dans ce cas, il est probable que la personne soit traitée par une supplémentation en fer afin d'augmenter les niveaux de fer et d'hémoglobine dans l'organisme et d'aider à soulager les symptômes.

 

Aliments riches en acides gras

Les aliments qui contiennent des acides gras essentiels, tels que le saumon, les sardines, le hareng, la truite, les noix, les graines de chia et de lin, constituent un excellent complément au régime alimentaire d'une patiente souffrant d'endométriose. Les acides gras essentiels ont été associés à une réduction de la douleur et de l'inflammation liées à l'endométriose. Des études suggèrent que c'est parce que les oméga-3 et les oméga-6 affectent positivement la synthèse d'un composé lipidique, les prostaglandines, lesquelles déclenchent le soulagement de la douleur dans la zone pelvienne.

 

Aliments riches en antioxydants

Les antioxydants se trouvent dans les fruits et légumes colorés, comme les oranges, les baies, le chocolat noir, les épinards et les betteraves. Les antioxydants aident non seulement à prévenir les dommages causés aux cellules de l'organisme par le stress oxydatif, mais aussi à combattre efficacement l'inflammation. L'inflammation aggrave les symptômes et la douleur des patientes souffrant d'endométriose. Il est donc essentiel de lutter contre cet aspect de la maladie pour soulager et améliorer la qualité de vie.

 

Aliments à éviter

Les graisses « trans »

Les recherches montrent qu'il existe un lien entre une alimentation riche en graisses trans et l'endométriose. Le Dr Stacey Missmer nous dit : "Nous savons que les graisses trans augmentent le niveau de nombreux  marqueurs inflammatoires dans l'organisme, et il s'agit de facteurs inflammatoires dont il a été démontré qu'ils sont associés à l'apparition et à la progression de l'endométriose." Ainsi, il est crucial d'éviter les aliments riches en graisses trans, tels que les aliments frits, transformés et rapides.

 

Gluten

Les aliments contenant du gluten peuvent éventuellement aggraver les symptômes de l'endométriose, en particulier la douleur ressentie par les patientes. Dans une étude portant sur 207 femmes atteintes d'endométriose, 75 % d'entre elles ont constaté une diminution de la douleur après avoir éliminé le gluten de leur alimentation. Ce résultat est probablement dû aux propriétés inflammatoires du gluten.

 

Alcool et caféine

L'alcool et la caféine peuvent tous deux influencer la régulation hormonale, en particulier l'équilibre des œstrogènes. Ces substances peuvent donc perturber le système endocrinien et favoriser l'inflammation, ce qui peut entraîner des douleurs supplémentaires ou une progression de la maladie.

 

Réflexion finale

L'endométriose est une maladie chronique incurable, mais un traitement efficace peut améliorer considérablement la qualité de votre vie quotidienne, vous aider à gérer les problèmes de fertilité et minimiser vos symptômes. Formée à l’accompagnement des troubles féminins en naturopathie avec comme supports la micronutrition, l’homéopathie, la phytothérapie et la nutrition, je propose des traitements innovants afin de traiter correctement l'endométriose, d'optimiser votre santé et d'améliorer votre qualité de vie. Si vous pensez souffrir d'endométriose mais ne recevez pas l'aide dont vous avez besoin, contactez-moi pour voir comment je peux vous aider !

 

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0